aller au contenu
Belgian Disability Forum

Carte européenne de handicap

 

Un vrai challenge

Accessibilité d’un lieu, aménagements prévus pour les personnes handicapées, conditions d’utilisation des biens et des services … sont souvent des énigmes pour les personnes handicapées qui souhaitent se rendre à un endroit précis . Et, c’est bien souvent lorsque la personne arrive sur place qu’elle découvre qu’elle n’aura pas accès à l’offre existante pour le grand public. Et si une offre pensée en fonction de besoins multiples existe, elle n’est pas pour autant connue et donc, dans le doute, la personne ne prendra pas le risque du déplacement. L’accès à l’information est donc aussi un vrai défi

 

La réalité

Aujourd'hui, la carte européenne de stationnement est le seul document qui permette d'attester la reconnaissance du handicap. Son usage dépasse donc souvent – et à tort, mais faute de mieux - le stationnement aux emplacements réservés, pour obtenir notamment des tarifs réduits au musée ou à la piscine, des places réservées au théâtre, etc.

 

Le problème ?

Quand vous avez placé votre carte européenne de stationnement sous votre pare-brise, vous ne pouvez pas la présenter au guichet du cinéma, par exemple ! Et si vous l’emmenez, le risque de la contravention ou de l’enlèvement du véhicule sera grand

 

LA solution belge …

Le BDF a lancé un projet de carte de mobilité en 2009 reposant sur 3 principes essentiels : reconnaissance de la personne handicapée par le pays d’origine, reconnaissance mutuelle entre pays de l’Union sans contrôle supplémentaire, octroi des compensations pour les non-résidents aux mêmes conditions que pour les résidents. Pour plus de détails, Carte européenne de reconnaissance du handicap - Note BDF 2009-02-11

 

Qui a été retenue par l’Europe !

Le projet belge a fait son chemin dans les couloirs européens, a été largement soutenu par l'EDF et au final a été accepté par la Commission européenne, tant et si bien qu’il est devenu un des piliers essentiels de son plan accessibilité pour les prochaines années.

C’est ainsi qu’en juillet 2015, la Commission a lancé un appel à projet destiné aux 17 pays potentiellement candidats au développement de la carte dans les domaines des loisirs, de la culture et des sports. Au final, 8 pays ont introduit une candidature et ont été retenus. Ces pays sont : la Belgique, Chypre, l'Estonie, la Finlande, l'Italie, Malte, la Slovénie et la Roumanie. Un financement européen leur est octroyé pour développer notamment la carte et un réseau d’opérateurs, un site national d’informations pour les opérateurs et les utilisateurs, une campagne de sensibilisation. Le calendrier est serré puisque la carte devra être implémentée au 31 mars 2017.

Pour être concret, à terme, une personne handicapée belge se rendant à Rome pourra accéder aux sites historiques romains aux mêmes conditions qu’un résident italien. De la même manière, un finlandais se présentant dans un musée fédéral à Bruxelles bénéficiera du tarif réduit et d’une visite guidée adaptée à ses besoins.

Pour la Belgique, un comité de pilotage composé de représentants du SPF Sécurité sociale, de l’AVIQ, du VAPH, de PHARE et de la DPB développera le projet, en veillant à intégrer les conseils consultatifs, lorsqu’ils existent, aux étapes stratégiques de mise en œuvre concrète.

Le BDF veillera à relayer une information régulière sur l’avancement du projet. A suivre donc….

 

Un pas de plus vers la mise en œuvre (10/10/2016)

Ce lundi 10/10/2016, les ministres compétents du gouvernement fédéral et des gouvernements fédérés ont signé le protocole d’accord permettant la mise en œuvre de la « Carte européenne du handicap » (European Disability Card). Cela devrait permettre le lancement de la carte, à la fin du premier semestre 2017, si le timing est respecté.